Marché de l'emploi

Quel métier faudra-t-il exercer en 2022 ?

Quel m&#é;tier faudra-t-il exercer en 2022 ?

Parmi 19 secteurs identifiés par l’institut France Stratégie, 6 offriront plus de 500.000 emplois jusqu’au cours de la prochaine décennie. Le marché du travail devrait se polariser encore un peu plus entre les métiers les plus et les moins qualifiés mais aussi en fonction de la taille des villes.

Les secteurs les plus porteurs d'ici 2022

Dans sa nouvelle étude, France Stratégie confirme  la création de 800.000 emplois par an jusqu’en 2022. La principale raison ? Le départ à la retraite des baby-boomers. Certains secteurs sont plus particulièrement touchés par ce phénomène de papy-boom. France Stratégie en a dégagé 6 particulièrement impactés.

Au sein des secteurs de la fonction publique et des professions juridiques, 529.000 emplois seront à pourvoir, quand les transports, logistique et tourisme offriront 540.000 opportunités d’emploi à égalité avec le secteur du BTP (554.000). La gestion et administration des entreprises (823.000), du commerce (827.000) mais surtout des métiers des services aux particuliers et aux collectivités (1,2 million) assureront des débouchés professionnels.

Dans le détail, ce sont les métiers d’agents d’entretien (387.000 postes sur la période 2012-2022), d’aides à domicile (322.000), de comptables et financiers (244.000), d’aides-soignants (233.000), de vendeurs (232.000), d’infirmiers (291.000), d’employés administratifs de la fonction publique (211.000) et de cadres commerciaux qui offriront le plus d’opportunités.

Francestrategie7

Où seront situés les emplois à pourvoir ?

Sans guère de surprise, France Stratégie prévoit des perspectives favorables pour les régions de l’Ouest et du Sud. A l’inverse, la tendance sera défavorable pour celles du Nord et de l’Est. Les grandes métropoles qui tirent déjà leur épingle du jeu devraient poursuivre sur leur lancée. «Rennes, Nantes ou Toulouse sont les plus représentatives de cette logique de développement», détaille l’étude. Des zones urbaines qui ont capté les populations cadres et travaillant dans le tertiaire, celles ayant précisément le mieux résisté à la crise.

L’emploi a progressé de 2,6% dans les grandes villes de Province et de 4,7% à Paris, quand il reculait de plus de 1% dans les moyennes aires, celles passant sous la barre des 100.000 habitants. Dans les territoires à plus forte tendance industrielle, les pertes d’emploi ont été importantes. Cette désindustrialisation pourrait être en partie compensée par les métiers peu qualifiés du tertiaire, note France Stratégie.

Francestrategie3_opt(1)

EN SAVOIR PLUS SUR LE MARCHE DE L'EMPLOI EN FRANCE

Partager cet article sur :

le 28/04/2015 par Guirec Gombert



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi